The Curious Incident... at the Ahmanson - SIREN ARTS
SIREN ARTS is a digital media production company serving local, national and international networks, televisions, corporations and non-profit organizations.
television,film,video,studio,media,digital,culture,theatre,theater,los angeles,san gabriel valley,california,
16191
post-template-default,single,single-post,postid-16191,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

The Curious Incident… at the Ahmanson

The Curious Incident… at the Ahmanson

Always interesting to see (once more) what other did with the play I directed in Belgium earlier this year…

I was not that thrilled by the performance actually. Her is what I had to say (in French):

“Je me suis particulièrement réjoui à l’idée de pouvoir une (dernière) fois me plonger dans l’univers de Christopher. J’ai emmené Artis – pour qu’il comprenne enfin toute l’histoire ! – et trois amis, intéressés, mais pas du tout habitués du théâtre. Ils ont tous bien aimé avec quelques critiques unanimes auxquelles je me rallie : trop bruyant, un jeu parfois artificiel et peau de banane, une émotion pas toujours là.
Mon avis personnel… Ayant vu la pièce pour la première fois il y a… quoi… trois ans à Broadway, j’avais trouvé ça super nickel. Dans la version que j’ai vue ici – qui est la même que celle de New York mais adaptée pour tourner et donc avec des acteurs différents et des petites coupes ci et là – c’était nickel, mais comme « mécanique ». J’ai trouvé le père horrible, monocorde avec une voix artificiellement rocailleuse, à bout de souffle, se lamentant tout le temps, et la mère atroce avec son accent « posh » comme si elle était la cousine directe d’Elizabeth ! Ceux-là n’étaient définitivement pas de la même famille. Christopher était chouette. Ma bouffée d’émotion ? Tout au début de la pièce, quelque chose m’a renvoyé au 26 avril 2017. Ce soir-là devait être notre avant-première publique, mais n’étant pas prêts techniquement, nous avons seulement joué pour « les mamans ». C’était la première fois que le spectacle existait vraiment, tout roulait, les acteurs étaient prêts et grands. J’ai eu une bouffée de larmes en découvrant ce que nous avions pu créer et la confiance m’est venue. J’ai repensé à ce moment, et j’ai eu la même bouffée, mais je n’ai pas été ému par le spectacle qui se déroulait devant moi. Comme quoi, ce ne sont pas les moyens qui font un spectacle. C’est l’investissement humain et émotionnel. Ça manquait ici. Ça existait dans notre production. On n’a pas à rougir du tout de ce que nous avons réussi à produire ! Artis m’a glissé que, même si alors il ne comprenait pas tout, il préférait la version du Moderne. Et Artis n’est pas du genre à (me) faire des compliments….
En très bref, je suis content d’avoir revu. Suis déçu par rapport à ma première vision. Voilà. Mon deuil est fait.”

No Comments

Leave a Reply

%d bloggers like this: